Présentation

Malgré la ratification par la Guinée de tous les textes internationaux et régionaux recommandant l’égalité entre hommes et femmes, et malgré l’existence d’un arsenal juridique national instituant cette égalité, le poids des coutumes pèse lourdement sur les filles et femmes, la tradition les maintient dans une situation d’infériorité et la société ne valorise pas toujours leur apport au développement socio-économique de la nation.

A quelques exceptions près, les filles et femmes continuent à grossir les effectifs des analphabètes et à subir les conséquences d’un tel état de fait.

Bien qu’elles soient majoritaires et dynamiques avec une surcharge de travail non comptabilisée, elles ne sont pas encore de véritables actrices dans le processus de développement.

Raisons : analphabétisme et manque de formation, de qualification professionnelle, accès limité aux ressources et moyens de production, nombreuses occupations, participation réduite à la prise de décision, pesanteurs coutumières.

Malgré cette situation, la femme est appelée à intervenir dans plusieurs domaines d’activité. Elles sont parties prenantes dans tous les secteurs de production, tant en milieu rural que dans les centres urbains.

Même si elles ont les mêmes droits que les hommes, les réalités de leur vie font qu’elles enregistrent le plus faible taux de scolarisation, donc le taux le plus élevé d’analphabétisme. À cela, il faut ajouter les préjugés socioculturels sur leur place et leur rôle dans la société, qui ne militent pas toujours en faveur de leur implication dans la lutte contre la pauvreté.

Malgré des handicaps sérieux comme le manque de formation en gestion et en organisation de la production et de la vente, le problème d’accès au crédit, la faiblesse des capacités techniques et professionnelles, la réticence et la difficulté à s’engager dans des filières dites « masculines », l’absence dans des secteurs de production d’avenir, la contribution des femmes est nécessaire pour un développement national harmonieux, parce qu’équitable.

Par ailleurs, la société traditionnelle réservait aux femmes un statut inférieur se traduisant par un exercice limité du pouvoir décisionnel et un accès difficile à l’éducation et aux ressources.

Objectif:

Contribuer à l’amélioration d’une formation qualifiante pour les filles et femmes
Le programme d’éducation a pour but de renforcer les capacités des filles et femmes afin de favoriser l’insertion socio-économique et professionnelle. Le programme éducation repose sur les axes essentiels suivants :

• Alphabétisation
• Initiation aux Nouvelles Technologies de de l’Informations et de Communication
• Formation en anglais
• Formation pour la promotion de l’autonomisation des filles et femmes